L’autre maison sous le dôme

IMG_0840

Tout juste avant de présenter L’autre maison au Palais Montcalm, le Festival de cinéma de la Ville de Québec a reçu en entrevue, hier, l’équipe du film sous le dôme de Place d’Youville. Afin de nous partager cette première expérience de long-métrage de fiction, Mathieu Roy était accompagné des vedettes de son film : Émile Proulx-Cloutier, Roy Dupuis et Marcel Sabourin.

Dès leur arrivée sous le dôme, on a senti une chimie entre les comédiens et le réalisateur. Ils rigolent, se taquinent et semblent tous très fiers de présenter leur film au public de Québec. D’ailleurs, Mathieu Roy ne tarde pas à confier à l’intervieweuse qu’une « chimie inexplicable » s’est rapidement créée au sein de l’équipe, notamment entre Roy Dupuis et Émile Proulx-Cloutier, les interprètes des frères Bernard dans sa production.

Journaliste de formation et ayant réalisé plusieurs documentaires, Mathieu Roy a avoué également avoir toujours voulu réaliser un film de fiction. C’est grâce à l’appui de ses producteurs, Roger et Félize Frappier, qu’il a décidé de faire le grand saut. Dès leur première rencontre, ils lui ont suggéré d’écrire à propos d’un sujet qu’il connaissait. C’est ainsi que la maladie de son père, l’Alzheimer, s’est imposée comme thématique. Selon lui, c’était la meilleure façon d’être « sincère dans l’écriture ». De plus, il décrit cette maladie comme « un sujet primordial dans notre société. » Sa volonté d’alimenter les discussions IMG_0849sur cette démence et de faire voir au public des facettes inédites que les proches des malades vivent n’a que consolidé son choix.

Selon Émile Proulx-Cloutier, l’expérience directe que le réalisateur a eue avec la maladie a permis de créer un film qui donne un regard honnête sur cette problématique en y ajoutant des pointes d’humour et de poésie. Comme acteur, il avoua même s’être senti en « sécurité » sous la direction de Mathieu Roy puisque ce dernier savait exactement lui indiquer quand il devait « en donner plus ou en donner moins ». Il ajoute que le réalisateur tenait à montrer « toutes les facettes des personnages » afin de présenter une histoire vraie et humaine.

D’ailleurs, cela réussit très bien au film, ovationné par le public de la Vieille Capitale. Mathieu Roy a réussi à créer des personnages complexes qui vivent cette délicate situation avec leur père à leur manière. Ainsi, il n’y a pas de bon ou de méchant. Seulement deux êtres qui s’efforcent de faire ce qui leur semble juste.

IMG_0857Évidemment, on ne peut passer sous silence l’interprétation si touchante de Marcel Sabourin. Il est entré dans le personnage d’Henri Bernard d’une façon si réaliste que cela en est déconcertant. Après la projection, celui qui a remporté le prix d’interprétation au dernier Festival des Films du Monde de Montréal a confié au public qu’il a puisé son inspiration dans sa personnalité lunatique. « Je me laissais aller à moi-même. Je pogne souvent des fixes et je m’intéresse aux choses auxquelles personne ne s’intéresse… »

IMG_0832L’autre maison sera en salle dès le 18 octobre.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s