Les cinéastes de Québec à l’honneur

Qu’ils soient européens ou québécois, professionnels ou étudiants, le Festival de Cinéma de la Ville de Québec (FCVQ) s’est efforcé cette année d’offrir une place de choix aux courts-métrages. Souvent ignorés du grand public, ces films dévoilent souvent des univers farfelus et touchants livrés de manière intense et imaginative.

Hier, c’est au majestueux Palais Montcalm qu’une sélection de nos réalisateurs de Québec ont pu présenter le fruit de leur travail acharné. En effet, la plupart des œuvres que la salle, presque comble, a pu découvrir étaient en majeur parti réalisées bénévolement, directement payées de la poche des cinéastes. Ce qui prouve que l’on peut créer de véritables petits chefs-d’œuvre avec beaucoup de passion, de créativité et de collaboration. En effet, s’il y a quelque chose que l’on peut retenir de cette soirée, c’est bien que la communauté de cinéastes de Québec est tissée serré et très vivante.

Ainsi, je vous présente mes coups de cœur de la soirée.

Cadmium – Édouard Dufour-Boiteau

Capture d’écran 2013-09-22 à 12.00.06

Édouard Dufour-Boiteau est sans doute un des réalisateurs de la relève à surveiller. Finissant à l’Université Concordia, il a récemment participé au Short Film Corner du Festival de Cannes avec son court When Bad Meets Evil.

Hier soir, c’est Cadmium qu’il a présenté en grande première au FCVQ. Ayant comme thématique l’aliénation au travail, le court-métrage présente un ouvrier d’une chaîne de montage qui exprime sa pensé à propos de son travail à ses propres dépends.

L’utilisation de la répétition, accentuée par le travail à la chaîne des travailleurs qui semble sans fin, servait très bien à la thématique de façon simple, mais efficace. Et, c’est ce que l’on veut d’un court-métrage : une histoire simple, livrée simplement, mais qui punch! Tout cela sans parler des costumes, du maquillage, des décors, et de la mise en scène d’une complexité très impressionnante pour une si jeune équipe!

Le rêveur – Laurence Fortin Gagnon

Capture d’écran 2013-09-22 à 12.01.09

Seul film d’animation de la soirée, Le rêveur présente la fascination que l’Homme entretient avec l’espace et plus particulièrement la lune. La réalisatrice, Laurence Fortin Gagnon, exploite cette thématique à travers cinq générations d’hommes allant de la préhistoire à notre société actuelle.

À travers cette quête vers ce fameux premier pas sur la lune, la cinéaste nous montre bien tous les efforts que l’Homme a pu réaliser pour arriver à obtenir l’inaccessible. Toutefois, elle ne manque pas de nous rappeler que parfois ce que nous avons de plus beau et de plus précieux n’est peut-être pas aussi loin que l’on peut croire…

Une belle histoire, charmante et très touchante!

Le camarade – Benjamin Tessier

Capture d’écran 2013-09-22 à 12.02.18

Le dernier film de Benjamin Tessier était très attendu par la communauté cinématographique de Québec. Cela faisait déjà un moment que le réalisateur parlait de son projet dans les différents événements de courts-métrages dans la Vieille Capitale, et je ne crois pas me tromper en disant que les cinéphiles avaient bien hâte de voir ce que le réalisateur de Gens du pays allait nous offrir de nouveau!

Avec Le camarade, Benjamin Tessier nous propose une autre histoire en lien avec la politique québécoise, mais, cette fois-ci, c’est sur l’indépendance du Québec et le FLQ qu’il se penche. En effet, il nous y présente Jean Corbo, un jeune de 16 ans, qui milite activement dans cette cellule indépendantiste dans les années 60. Le jour de son 17e anniversaire, il fabrique une bombe artisanale avec son réveille-matin et 25 bâtons de dynamite, une arme qui lui sera fatale.

Entièrement réalisé avec l’aide bénévole de ses collaborateurs, Benjamin Tessier, en plus de présenter une histoire solide et qui porte à réflexion, nous a prouvé que le talent et la passion peuvent créer des films d’une qualité exceptionnelle. La reconstitution historique est impressionnante et on y croit. Le camarade prouve une fois de plus que Québec recèle une mine d’or de réalisateurs et que le bon cinéma ne se fait pas toujours à coups de millions.

Advertisements

2 thoughts on “Les cinéastes de Québec à l’honneur

  1. Pingback: Video 4D // Audio + Video Prod & Post

  2. Pingback: Video 4D // Audio + Video Prod & Post

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s