J’espère que tu vas bien 2

Capture d’écran 2013-09-28 à 15.29.57

Hier était présenté au Palais Montcalm le deuxième volet de J’espère que tu vas bien, une jeune série de films signée David La Haye. Le concept est simple est complexe à la fois : créer un film d’une heure trente, improvisé et filmé en plan séquence.

Accompagné des acteurs de son film, Marie-Chantal Perron, Richard Robitaille et Hugo St-Cyr, le réalisateur a commenté ses intentions de se lancer dans la suite de J’espère que tu vas bien dans le but d’aller au bout de sa démarche artistique. Dans ce deuxième film, les lacunes par rapport à la stabilité de l’image et à la musique présentes lors du premier « essai » sont disparues. David La Haye était surtout motivé à livrer une œuvre et un produit « présentable », ce qui, selon lui, n’était pas tout à fait le cas l’année dernière.

Toutefois, le concept ayant fait ses preuves, il n’était pas question de laisser tomber l’improvisation et le plan-séquence. Unique, J’espère que tu vas bien est même le tout premier film du genre, à travers le monde. Malgré tout, les acteurs se sont avoués intimidés par cette démarche inusitée. Richard Robitaille compare cette expérience à un Capture d’écran 2013-09-28 à 15.29.39saut en bungee… sans élastique. Bien que chaque acteur connaisse le canevas général où le réalisateur veut aller dans l’histoire, et qu’ils connaissent les intentions de leur personnage, demeure qu’aucun texte n’est écrit. Ils doivent se préparer individuellement en s’inspirant de ce qu’ils connaissent de leur propre personnage, sans plus.

Selon Marie-Chantal Perron, il faut se « garder ouvert à l’esprit des autres, sinon on n’attrape pas les balles qu’on nous envoie et le film n’avance pas ». Ce à quoi David La Haye avoue que cet exercice nécessite un état de concentration et d’écoute exceptionnelle.

Si ce film tourne autour de l’amour, de l’entraide et de l’amitié, c’est aussi grâce à cela que la petite équipe a décidé de se lancer ensemble dans ce projet, disons-le, assez fou! « Si je n’avais pas été amie avec David, je n’aurais peut-être pas embarquée. C’est un film sur l’amitié et c’est par l’amitié qu’il existe! », a confié Marie-Chantal Perron. D’ailleurs, c’est entre autres grâce à la générosité de plusieurs internautes que le film a pu être financé à l’aide du site de socio financement haricot.ca.

Ambitieux, David La Haye a conclu cette rencontre sous le dôme en annonçant qu’il travaillait déjà sur un troisième volet. Cette fois, l’histoire se déroulerait ici, à Québec! En fait, le réalisateur voit grand pour son concept et souhaite créer 10 J’espère que tu vas bien. Il rêve même que son idée devienne une initiative au même titre que le mouvement Kinö et que partout dans le monde on crée des longs-métrages improvisés.

C’est à suivre!

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s